forum velo dans tous ses états
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [CR] Chemin de Stevenson (GR70), du 2 au 6 mai 2016.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
markitos
Día de la Hispanidad
avatar

Nombre de messages : 3917
Age : 45
Localisation : Yerres / Thomery
Humeur : Vive le Piment d'Espelette !!!

MessageSujet: [CR] Chemin de Stevenson (GR70), du 2 au 6 mai 2016.   Ven 13 Mai 2016 - 7:58

Chemin de Stevenson (GR70), étape 1 : Le Puy en Velay (43) - Le Bouchet Saint Nicolas (43), lundi 02 mai 2016.


Après plusieurs mois à mûrir mon projet d'itinérance sur le Chemin de Stevenson (GR70), le jour J est enfin là. C'est donc à 5h du matin que j'ai pris la route en direction du Puy-en-Velay. J'y arrive enfin à 10h30. Je gare la voiture juste à côté du centre aquatique La Vague juste à proximité du GR. C'est à la sortie du Puy, à l'un des rare endroits où l'on peut stationner gratuitement.




[size]

Je me prépare, ainsi que le vélo et je m'élance pour 6 jours de VTT sur le Stevenson à 11h. Le temps est couvert, il y a du vent du nord, il caille mais il ne pleut pas.
Allez c'est parti !
D'entrée de jeu ça monte. Et oui Le Puy est dans une cuvette, et il faut rejoindre le plateau. Les 200 premiers mètres sont fait sur la route mais rapidement je rejoins le premier chemin. Pour l'instant tout va bien. J'arrive enfin à une bifurcation qui m'indique que suite aux travaux de la déviation de la N88, le GR est dévié. Pas grave, la signalétique est bien faite et je n'ai qu'à suivre les balises. Mais cette déviation va me confronter à ma première difficulté : une grosse montée bien raide pleine de gros cailloux. Je tente de la faire sur vélo mais je dois vite me rendre à l'évidence, il va falloir pousser. Ce sera le premier poussage d'une longue série. 


[/size]
[size]

Les premiers kilomètres se passent relativement bien, et je dois vite enlever le maillot thermique. Le GR70 est commun en ce début avec le GR430 (Chemin de St Régis) et, jusqu'à L'Holme, avec le GR3 (Sentier de la Loire). Je rejoins rapidement le GR officiel juste avant Coubon, où je franchirai une première fois la Loire. Ce n'est pas le grand fleuve que l'on connait. On est au plus près de sa source.


[/size]












Tout autour de moi je vois des sommets enneigés. J'espère que je n'aurai pas de névés à traverser. 
J'arrive un peu après 13h30 au Monastier-sur-Gazeille, le village d'où parti Robert-Louis Stevenson avec son ânesse Modestine pour Saint-Jean-du-Gard en 1878. Je m'y restaure sur la place du château. Il y a un vent énorme et j'ai froid. Aussi je repars rapidement. 







En bas le Monastier-sur-Gazeille.







Je dois franchir encore une montée impossible après franchi la Gazeille, mais ça se passe bien. Le plat de résistance de la journée m'attend à Goudet. Tout d'abord il y aura une descente hyper technique, qui dans des conditions normales doit pouvoir se descendre pour de bons enduristes. D'ailleurs un parcours VTT passe là. Mais dans mon cas, avec le poids relativement élevé de mon sac à dos et le vélo bien chargé également, j'en descendrai 75% à pied. J'y croiserai des randonneurs qui ont halluciné me voir là avec le vélo. Ce sera d'ailleurs ainsi durant ces 6 jours. Les randonneurs pédestres ne pensaient pas qu'il était possible de faire le Stevenson en VTT. Il est vrai que le GR passe à des endroits bien accidentés. Mais je me suis fixé un objectif que je me répèterai tout au long du Chemin , même lors des moments les plus durs : JE NE TRICHE PAS, JE FAIS LE GR ET RIEN QUE LE GR !!!





 La descente sur Goudet, et la Loire en contrebas.







Ma Modestine prêtée par ma fille.

Je fais une petite pause au village pour profiter des belles vues sur la Loire et ses gorges. Mais je ne me doutais pas de ce qui m'attendait juste après. Et oui, une fois au fond de la vallée, il faut remonter. Au début c'est par la route, pas de problème. Mais une fois celle-ci laissée de côté, j'emprunte un chemin avec d'énormes caillasses bien rondes, qui même à pied sont un calvaire. Même pas moyen de pousser le bike. Il va faut alors le porter ... pfffff c'est dur. 
Mais une fois arrivé en haut je me retrouve sur un plateau volcanique typique du Velay. Je passe par les hameaux des Bargettes, de Ussel, l'Etang du Péchay sans rencontrer d'autres difficultés avant d'arriver enfin au Bouchet-Saint-Nicolas, terme de ma première étape, à 18h45.








Dans le lointain le Bouchet-Saint-Nicolas.

Il était temps que j'arrive au gîte La Retirade, le repas étant servi à 19h dans la salle commune. Après une rapide douche, je peux mettre enfin les pieds sous la table et profiter d'un excellent repas en compagnie de 17 autres randonneurs.
Comme la journée fut bien longue entre mon réveil à 4h15, la route et mon étape, je peux vous dire que je n'ai pas traîné après le dîner et le sommeil fut réparateur.




Le Bouchet-Saint-Nicolas fut aussi la première étape de RL Stevenson.

Les chiffres de l'étape:
43km
1378m de D+ 
1005m de D-
Altitude mini : 627m
Altitude max : 1228m
5h18 de vélo (7h46 avec les pauses)
8,1 km/h de moyenne (5,5 avec les pauses)
50,9 km/h max
Revenir en haut Aller en bas
markitos
Día de la Hispanidad
avatar

Nombre de messages : 3917
Age : 45
Localisation : Yerres / Thomery
Humeur : Vive le Piment d'Espelette !!!

MessageSujet: Re: [CR] Chemin de Stevenson (GR70), du 2 au 6 mai 2016.   Ven 13 Mai 2016 - 7:59

Chemin de Stevenson (GR70), étape 2 :Le Bouchet Saint Nicolas (43) - Luc (48), mardi 03 mai 2016.


J'ai passé une bonne nuit de repos. A 6h20 je suis seul dans la salle commune en train de prendre mon petit déjeuner. Les autres randonneurs dorment encore ou se lèvent seulement. Tant et si bien qu'à 7h10 je suis en train de rouler. Aujourd'hui l'étape va me faire quitter le Velay, la Haute-Loire donc, pour le Gévaudan qui correspond à la Lozère.
Les 13 premiers kilomètres seront fait rapidement car c'est en descente sur de larges pistes tout du long, jusqu'à Arquejols. Je passe au pied du viaduc et je remonte en direction de Pradelles, tout en ayant un excellent panorama sur le Lac de Naussac.

A la sortie du Bouchet-Saint-Nicolas.







Landos.








Arquejols.






Lac de Naussac.


Pradelles.











S'ensuit alors une autre descente rapide jusqu'à Langogne. Juste après avoir pénétré en Lozère je double mes premiers randonneurs qui font le chemin avec un âne. 










Langogne.





Je fais une petite halte à Langogne devant la Halle aux grains, et je repars. A partir de maintenant le relief va s'accentuer jusqu'à un peu avant Le Cheylard-l'Evêque. Mais avant d'y arriver je me suis arrêté à Saint-Flour-de-Mercoire dans le lavoir du village pour m'abriter du vent et de la petite pluie qui s'est mise à tomber depuis peu. Heureusement elle s'arrêta bien vite. Je ne suis d'ailleurs pas le seul à avoir trouver refuge en ce lieux. J'avais tout ce qu'il me fallait pour manger mais si j'avais voulu j'aurai pu acheter du pain au distributeur implanté juste devant le lavoir. La campagne lozérienne se modernise !










Saint-Flour-de-Mercoire.









Une fois restaurer, je repars à travers la forêt de Mercoire. Je suis alors dans la Margeride. Le paysage se distingue par ses rochers de granit remarquables. Il y a aussi de grandes étendues de jonquilles un peu partout. Je me régale. Soudain j'entend un bruit bizarre sur le vélo. Je l'inspecte mais ne voit rien. C'est quand je veux repasser du grand au petit plateau que je sens qu'il y a un problème. La chaîne finit par passer sur le petit plateau mais plus moyen de remonter sur le grand... le dérailleur s'est desserré et il est descendu sur son support. Je tente une réparation mais en vain. Pas grave, je ne me servirai que du petit. Je moulinerai dans le roulant.





















J'arrive enfin à Cheylard-l'Evêque. Petite pause photos.















Après je traverse la forêt de la Gardille où se trouve le charmant étang de l'Auradou. Je suis désormais tout près du village de Luc. Mais avant de l'atteindre il y aura une dernière descente technique à souhait où je me ferai bien plaisir. Et voilà qu'apparaît le château de Luc. Encore quelques hectomètres et je suis devant le gîte La Biche où je vais passer la nuit.














Dernière descente vers Luc.


Château de Luc.





Quelques mots sur ce gîte La Biche : si vous devez aller du côté de Luc surtout n'y aller pas !!! C'est sale, l'accueil est déplorable et la nourriture infecte. Malheureusement pour moi il était troip tard pour que je cherche autre chose et le plus proche village était bien trop loin. Les autres randonneurs rencontrés qui y ont séjourné étaient tous du même avis. D'ailleurs je me suis rendu compte plus tard que tout le monde sur le Stevenson, gîtes, transporteurs, et même l'Association du Stevenson, est au courant du problème....
Cette étape, bien que longue, fut très roulante. C'était une étape de transition.


Luc fut le terme de la quatrième étape de RL Stevenson.


Les chiffres de l'étape:
55,62km
1110m de D+
1412m de D-
Altitude mini : 901m
Altitude max : 1247m
5h de vélo (8h53 avec les pauses)
11,1 km/h de moyenne (6,3 avec les pauses)
56,4 km/h max
Revenir en haut Aller en bas
markitos
Día de la Hispanidad
avatar

Nombre de messages : 3917
Age : 45
Localisation : Yerres / Thomery
Humeur : Vive le Piment d'Espelette !!!

MessageSujet: Re: [CR] Chemin de Stevenson (GR70), du 2 au 6 mai 2016.   Ven 13 Mai 2016 - 7:59

Chemin de Stevenson (GR70), étape 3 : Luc (48) - Les Alpiers (48), mercredi 04 mai 2016.


C'est donc au gîte La Biche que j'ai passé la nuit. J'ai obtenu que mon petit déjeuner soit prêt à 7h45 afin de ne pas partir trop tard. Le petit déjeuner justement parlons-en ... un café infâme et des morceaux de pains durs sûrement de l'avant-veille. Heureusement que je les plonge dans mon café pour pouvoir les manger. Je me dépêche d'avaler mon repas, il le faut bien, il n'y a pas de commerce dans le village pour pouvoir me restaurer correctement. Je récupère aussi mon panier-repas et je file. J'ai très hâte de quitter cette porcherie.
Luc est sur les rives de l'Allier. Le GR70 franchit la rivière pour pénétrer en Ardèche. Je vais donc rouler une partie de la journée dans le Vivarais.


Luc.


L'Allier.





J'attaque la journée par une montée pas vraiment dure sur une large piste. Je profite des superbes vues sur l'Allier et surtout sur le château de Luc. Je progresse bien, la nuit a été bénéfique, et c'est un bon point à la vue de la journée qui m'attend. 






Château de Luc.





Je bascule et je redescend rapidement jusqu'au hameau de Labrot. A partir de là le chemin est relativement roulant et plat jusqu'à Laveyrune. Je suis l'Allier, à la limite des départements de l'Ardèche et de la Lozère. 
A Laveyrune je manque une balise (ma trace GPS est approximative à cet endroit), et je fais presque 1km en trop. Je m'en aperçois et reviens sur mes pas pour trouver le bon chemin. Heureusement que le topo de FFRP est bien à jour et qu'il m'aide grandement. 


Lavrot.




Laveyrune.




Pas trop envie de laisser ma fille en colo ici ...






Maintenant que j'ai retrouvé mon chemin, je vais attaquer la première difficulté de la journée, la montée au sommet de l'Espervelouze. Le début est facile. Je dois même traverser un gué ... mais dans mon élan j'ai réussi à me tremper les pieds. Pas grave, ils vont vite sécher. C'est juste après avoir passé à proximité de Rogleton que cela va se durcir. Le chemin est toujours aussi large mais les pourcentages de la pente sont de plus en plus forts. J'alterne les moments de roulages avec les poussages. Le GR suit une ligne à Haute Tension jusqu'au sommet. Les vues sur les montagnes et vallées sont splendides. De plus comparativement avec les deux jours précédents, la météo est avec moi. Il y a tempête de ciel bleu au dessus de ma tête. Je savoure !














[size]


Bon voilà j'arrive au secteur qui me fera poser pied définitivement jusqu'en haut. Le chemin n'est plus aussi large et il est rempli de pierres bien gênantes pour le pédalage. De plus je suis dans un mur. Je n'arrive pas à rester sur le bike, je pousse donc. Mais pour l'instant je n'en souffre pas trop. J'atteins le sommet qui se situe à 1225m. 


[/size]


[size]

La descente est plutôt rapide. Je passe au sommet de la Felgère peu après et je file rapidement vers l'abbaye de Notre-Dame-des-Neiges à travers une belle forêt. Notre-Dame-des-Neiges est l'abbaye la plus haute de France, et elle a accueilli en son temps Charles de Foucauld, où il repose. RL Stevenson y dormit, mais il y arriva en provenance de la Bastide-Puylaurent. Le GR70 ne suit pas exactement le Chemin historique que suivit RL. En effet il chemina en suivant l'Allier et ne s'enfonça pas autant en Ardèche ....
[/size]
J'arrive à l'abbaye. Le lieu appelle au recueillement. Je vais m'y arrêter quelques instant.






Hameau de la Felgère.

Notre-Dame-des-Neiges.





Je repars. La descente continue par un petit sentier technique et j'arrive à la Bastide-Puylaurent, où je repasse en Lozère au franchissement d'un petit pont. Le village est à cheval sur les département de l'Ardèche et de la Lozère. Je cherche une épicerie ou une boulangerie, mais tout est fermé. Il n'est même pas midi pourtant. Pas grave, je continue mon chemin. 





Je rencontre la seconde difficulté de la journée, la montée vers la Mourade et la forêt de la Gardille. Je retrouve la Gardille après en avoir traversé un autre secteur hier. Ça monte tranquille. La pente est assez douce mais il commence à faire chaud. Je profite d'un arrêt pour me mettre en short et T-Shirt. Je garde tout de même ma veste à portée de main au cas où. Il y a encore pas mal de vent et il est un peu frais.Lors de cet arrêt j'en profite aussi pour manger .... mais les sandwichs préparés par le gîte sont tout simplement à vomir. Le pain est toujours aussi dur, le pâté est rance. Seul le fromage est mangeable. Tout le reste sera jeté. Heureusement qu'il me restait un peu de saucisson et de pain de mon déjeuner pris au Monastier lundi. Je repars très en colère contre mes hôtes ... c'est inadmissible de se moquer autant des randonneurs sous prétexte qu'on ne les reverra pas ! De plus c'est le gîte qui m'aura coûté le plus cher lors de mon itinérance. 
Je poursuis mon ascension et je suis au sommet peu après (1305m). Le paysage est superbe. La traversée de la forêt de la Gardille se passe sans encombre et je redescend vers Chabalier. J'y retrouve l'Allier qui est à cet endroit presque un ruisseau. Je suis juste à côté de sa source qui est au Moure de la Gardille.
Juste après Chabalier je descend encore pour atteindre Chasserades et Mirandol.










Tunnel pare-neige sur la Ligne des Cévennes, Mirandol.


Viaduc de Mirandol.



Mirandol marque le départ de la dernière difficulté de l'étape, la Montagne du Goulet. Ce sera aussi la plus dure. Jusqu'au hameau de l'Estampe je monte par la route. Peu après je vais suivre quelques temps la voie de chemin de fer Nîmes-Clermont. Puis tout à coup je rentre dans la forêt et que je rencontre les premiers murs. Il faut se résoudre à pousser le vélo. Les pourcentages sont tout bonnement infernaux. Le sommet est cependant rapidement atteint (1416m). Je repars dans l'autre sens vite, trop vite ...tant et si bien que je loupe une intersection. Pas grave je fais demi-tour et je remonte tout ce que j'ai fais en trop. J'arrive à un ruisseau et PAN ! ça remonte de plus belle ! Encore un bon mur à franchir. Ce sera le dernier de la journée. Les Alpiers ne sont plus très loin. Mais avant d'y arriver je ferais un petit crochet aux sources du Lot. D'ailleurs le chemin va suivre le Lot qui n'est encore qu'un petit ruisseau pendant quelques centaines de mètres. 









Sur ma gauche, le Mont Lozère.

Je suis enfin aux Alpiers. Sur ma gauche j'ai le loisir d'admirer le Mont Lozère que je franchirai demain. Je m'installe au gîte Loz'air. J'y passerai un très agréable séjour. Les propriétaires, Claude et Myriam, sont des sportifs. Claude en vététiste, me donna quelques conseils pour mon étape du lendemain. 
Il est temps d'aller me reposer. Les muscles sont bien endoloris, les kilomètres et le poids du sac commencent à peser sur eux, et ce jeudi m'attend mon étape la plus difficile de mon itinérance.



Les chiffres de l'étape:
50,80km
1524m de D+
1473m de D-
Altitude mini : 962m
Altitude max : 1416m
5h36 de vélo (9h18 avec les pauses)
9,1 km/h de moyenne (5,5 avec les pauses)
47 km/h max 
Revenir en haut Aller en bas
markitos
Día de la Hispanidad
avatar

Nombre de messages : 3917
Age : 45
Localisation : Yerres / Thomery
Humeur : Vive le Piment d'Espelette !!!

MessageSujet: Re: [CR] Chemin de Stevenson (GR70), du 2 au 6 mai 2016.   Ven 13 Mai 2016 - 8:00

Chemin de Stevenson (GR70), étape 4 : Les Alpiers (48) - Florac (48), jeudi 05 mai 2016.


Voici arrivé le jour de l'étape que je redoute le plus. Celle qui me fera franchir le Mont Lozère et le Signal de Bougès. Certes il n'y aura que deux ascension, mais quelles ascensions ! 
C'est donc au gîte Loz'air que j'ai dormi. Le petit déjeuner ne nous est servi qu'à 8h. C'est un peu tard car je m'attend à une longue journée sur le vélo, et j'aurai préféré partir beaucoup plus tôt. 


Le Mont Lozère depuis Les Alpiers.



Une fois l'excellent petit dej', à base de produits maisons et bios, avalé, je dis au revoir à mes hôtes et aux randonneuses avec qui j'ai partagé le gîte. Et je file en direction du Bleymard (1000m). Il est alors 8h25. Ce sont deux kilomètres tout en descente, avec au début de la piste puis rapidement un single avec de grosses ornières qui ont bien failli me coûter cher. Je profite de ce moment, car juste après le bourg du Bleymard, je vais me lancer dans une grimpette de 10km. Certes cela peut paraître pas trop long, mais je sais que je vais y rencontrer de belles rampes. Heureusement qu'aujourd'hui le ciel est d'un bleu intense et que le vent est enfin tombé. Bon les températures sont encore un peu fraîches.

La lourde neige de printemps a cassé de nombreux arbres.


Le Bleymard.



Le début, comme à chaque fois, est relativement clément avec moi. La pente est douce. C'est comme d'habitude, lorsque je vais rentrer dans la forêt, que les premières rampes vont apparaître. Encore une fois je vais alterner les phases de pédalages avec les phases de poussages. Mais contrairement aux jours précédents, cela sera bien plus dur. La fatigue s'est bien emparée de mon corps. Le poids du sac se fait de plus en plus sentir. Du coup il y aura de nombreuses pauses pour que je reprenne mon souffle. 
J'arrive finalement à la Station de Ski du Mont Lozère (1400m) à 10h. Je n'ai parcouru que 7,5km, et j'en ai 55 à faire aujourd'hui...












Je fais quelques photos. Je lis quelques panneaux informatifs et je repars en direction du sommet de Finiels, point culminant du Mont Lozère. Il culmine à 1699m. Encore 300m à gravir en 4km. Autant dire que je vais  en baver. Le GR est coincé entre une piste de ski et une route départementale. Il est étroit au début et plein de pierres. Rapidement la pente devient plus raide. Je vais pousser presque tout le temps. Plus je monte en altitude plus je souffre. Par moment je peux pédaler, mais bien vite je dois redescendre du bike. Désormais le GR est dans les alpages. Il suit de hautes pierres qui guident les randonneurs, les bergers et autres usagers de la montagne, par mauvais temps. Ce sont les Montjoies. Certaines sont gravées de Croix de Malte.
Je me sens de plus en plus fatigué. Je fais de plus en plus de pauses entre deux poussages. Devant moi un randonneur avance aussi avec difficulté. Par moment je m'en rapproche, mais au final nous avons plus ou moins la même allure. Je ne le rattraperai qu'au col où le GR bifurque à 90° pour monter au sommet. 
Un fois ce petit col atteint, je pose le vélo et mon sac à dos au bord du chemin (1630m). Je bois un peu. Je prend ma Gopro, mon APN et mon GPS et je me lance dans les dernières rampes qui mènent au Sommet de Finiels. Je ne peux pas y aller avec le vélo, car je me trouve alors dans le coeur du Parc National des Cévennes et les VTT y sont interdits.



En bas au loin, Les Alpiers et les tipis du gîte Loz'Air.


La forêt cède sa place à la lande.

Les remontées mécaniques de la station de ski.

La Station du Mont-Lozère (1400m).



Le long de la piste de ski.


Je suis les Montjoies.

Il reste quelques névés.





Même à pied c'est dur. Il y a d'abord un premier sommet avec un énorme cairn. Ça redescend ... oh non !!! pour remonter de plus belle. J'arrive enfin en haut. Il y a du monde. Tous sont parti à pied après être montés en voiture jusqu'à la Station du Mont Lozère voire même plus près. Ils sont bien plus frais que moi. 
La vue à 360° est époustouflante. On voit les Alpes, le Plomb du Cantal, l'Aigoual, le Meyzenc, les Cévennes, la chaîne de Puys et tout un tas de montagnes dont j'ai oublié les noms. Je reste comme un gamin là-haut à regarder le spectacle qui m'est offert. Mais je dois me résoudre à redescendre. Tout d'abord parce l'air est très sec et que j'ai très soif. Je suis monté sans mon bidon d'eau. De plus le soleil, même s'il ne fait pas chaud, tape fortement. Et enfin parce qu'il me reste encore un bon bout de route à faire. 

La montée finale vers le sommet de Finiels (1699m). Il n'y a plus de balisage. Surtout ne pas y monter en cas de mauvais temps sous peine de se perdre !


1699m.

Le Mont Mézenc et le Mont Gerbier de Jonc.

Le Plomb du Cantal.


Je retrouve mon VTT et mon sac là où je les avais laissé. Je m'assoie pendant 10mn pour souffler et boire. J'étudie vite fait le topo et mon GPS pour voir par où je vais descendre et où je vais récupérer le GR. 
Il y a un PR droit devant. Je vais le prendre, il me fera rejoindre une piste qui va me mener directement au GR au niveau de l'abri forestier de la Route Forestière des Nègres. Le PR est en fait un single technique où je me lâche un peu, mais je dois faire attention il est assez piégeux.
J'arrive à l'abri forestier. Je vais y faire ma pause déjeuner. J'ai besoin de manger, j'ai déjà brûlé un grand nombre de calories ce matin. De plus je ne me sens pas très bien. En fait j'ai fait une insolation et je me suis trop déshydraté en montant au Mont Lozère. Je ne m'en suis pas encore rendu compte et je vais continuer mon petit bonhomme de chemin après cette pause bénéfique.


Versant sud du Mont-Lozère, vue sur le Signal de Bougès et les Cévennes.


Ça descend tranquillement vers Finiels. Je traverse de superbes landes de genêts. Il y a de nombreux rochers typiques de la Margeride sur ce versant sud. Le chemin est par moment assez technique et j'y lâche les freins dès que je le peux. J'aperçois deux vautours qui tournoient. 
Après le petit village de Finiels le chemin continue sa descente, cette fois en direction du Pont-de-Montvert (880m). Le début est dans la continuité de ce que je viens de passer. Puis le chemin se resserre pour devenir un petit sentier. 






Finiels.




Rapidement le gentil sentier fait place à un sentier très accidenté et pentu. Plus moyen de tout faire sur le vélo, c'est trop dangereux, et ma progression vers le Pont-de-Montvert en est fortement ralentie. Ce passage a bien entamé mon capital force. Je me pause au bord du pont une fois arrivé dans le village. J'en profiterai aussi pour remplir d'eau fraîche mon bidon. 



Le Pont-de-Montvert.

Je sais que je vais souffrir. En descendant je voyais en face de moi, de l'autre côté de la vallée, le chemin que j'allais emprunter pour remonter vers le Signal de Bougès. Autant dire que cela m'a mis un bon coup au moral, car il est à flanc de falaise. Il monte dur vers un plateau et il est à peine 14h, et il fait très chaud maintenant. 
Allez, il faut repartir ! La montée commence en ville sur le bitume. Et après avoir franchi une barrière, le chemin commence. Il est comme pavé. Il est presque impossible de pédaler, sauf à de rares endroits. Tant pis je pousse. Et cela va durer un moment. Je vais faire 1,7km en presque 1h. Je suis passé de 880m à 1100m. Je vous laisse calculer le pourcentage de la pente. 





Bon il faut dire que l'effort en valait la chandelle. J'arrive sur un plateau magnifique : La Charm de l'Hermet. Des genêt à perte de vue, des rochers et les montagnes tout autour, dont le Mont-Lozère au nord et le Signal de Bougès au sud. 

La Charm de l'Hermet.

Les mamelons des puechs des Bondons.




Je pénètre de nouveau dans la forêt. Le chemin est roulant jusqu'au petit hameau de Champ de Long de Bougès. Mais ensuite cela va se compliquer. Je vais me retrouver face à des murs comme rarement j'en ai trouvé. La montée vers le Signal de Bougès va être mon chemin de croix, elle finira par m'achever, me vider complètement. Ma progression sera très lente. Je crois que j'ai battu mon record de lenteur en VTT sur ce tronçon. Au niveau des Trois Fayards je ferai une pause, je ne me sens pas bien. J'ai la nausée. Des randonneurs pédestres me doubleront même un peu plus tard. 

Le Champ de Long de Bougès.



J'arrive enfin au col des Trois-Fayards, à 1398m. Il y a comme un champ de cairn. J'y retrouve les randonneurs. Juste après ça redescend un peu. Je les laisse derrière moi. Une dernière côte et je suis au sommet du Signal de Bougès (1421m). Il y souffle un vent violent et glacial. J'ai remis ma veste. J'admire le point de vue mais je n'y reste pas longtemps. Il y fait trop froid. 

Cairns du col des Trois-Fayards.


Sommet du Signal de Bougès.

Je repars. C'est une descente bien pentue, large et pleine de pierres. Ça passe bien, la selle est baissée, et je négocie bien les trajectoires. Je croise des randonneurs qui montent en sens inverse. Ils souffrent à cause du pourcentage. Je les avise des conditions adverses au sommet. 
Je dois rejoindre le Col du Sapet qui va marquer le début de la longue descente vers Florac. Mais avant j'ai un secteur assez difficile à passer. En effet le chemin va se transformer en single à flanc de montagne. Il va suivre plus ou moins la crête, mais il est truffé de grosses marches, de racines et de petits rochers. J'ai l'impression de me retrouver à Fontainebleau. C'est aussi technique, et comme à Bleau il faut souvent pousser et porter. La progression en est bien ralentie, et mon état de fatigue n'arrange rien. Allez ! On se bouge et on continue ! 




Un des nombreux menhirs rencontrés sur le Stevenson.


Le Col du Sapet.


J'arrive enfin au Col du Sapet et ses menhirs. Le single redevient une large piste. Et c'est parti pour plus de 15km de descente. Ça va vite, je fais des pointes à plus de 40km/h. Jusqu'à Bédouès je ne rencontre aucune difficulté. Mais juste après Bédouès je chemin va remonter, redescendre plusieurs fois. Là s'en est trop, je n'y arrive plus. La moindre montée est un calvaire. Je tente de monter sur le vélo mais si c'est trop pentu je pousse. Je n'avance plus. Dans ma tête ça se bouscule. Si c'est comme ça jusqu'à Alès, il va falloir que j'annule ma dernière étape entre Saint-Jean-du-Gard et Alès. Ce ne serait pas raisonnable de la faire et de reprendre la voiture ensuite pour remonter à Paris dans cet état de fatigue. Bref le moral est au plus bas.




Les gorges du Tarn juste avant Florac.

La Collégiale Notre-Dame de Bédouès.

J'arrive enfin au gîte du jour, le Centre d'Accueil des Cévennes à 19h25, il était temps. J'ai une chambre individuelle, avec douche. Je me dépêche de me laver et me changer. Le repas est servi à 19h30. Le personnel du centre est aux petits soins. J'obtiens que je puisse prendre mon petit déjeuner avant leur arrivée. Tout sera prêt dans le frigo de la salle commune, et le café coulé dans un énorme percolateur. 
Il est temps d'aller se reposer. Je me masse les muscles des jambes, du cou et les épaules avec une crème relaxante que j'ai dans mes affaires. En me regardant dans le miroir, je vois aussi que j'ai attrapé un sacré coup de soleil. Je commence à comprendre pourquoi j'ai autant souffert après le Lozère ...
Allez au dodo ! Demain une autre belle étape m'attend.


Florac fut la neuvième étape de Robert-Louis Stevenson.




Les chiffres de l'étape:
55,5km
1355m de D+ 
2093m de D-
Altitude mini : 541m
Altitude max : 1699m
6h42 de vélo (11h avec les pauses)
8,3 km/h de moyenne (5 avec les pauses)
58 km/h max
Revenir en haut Aller en bas
markitos
Día de la Hispanidad
avatar

Nombre de messages : 3917
Age : 45
Localisation : Yerres / Thomery
Humeur : Vive le Piment d'Espelette !!!

MessageSujet: Re: [CR] Chemin de Stevenson (GR70), du 2 au 6 mai 2016.   Ven 13 Mai 2016 - 8:00

Chemin de Stevenson (GR70), étape 5 : Florac (48) - Saint-Jean-du-Gard (30), vendredi 06 mai 2016.


Le réveil sonne à 6h15. Je file prendre mon petit déjeuner et récupérer mon panier-repas. La nuit n'a pas été de tout repos. J'ai très bien dormi mais juste avant de sombrer dans les bras de Morphée j'ai été assez mal en point. Mon insolation m'a quelque peu déréglé les intestins. Bref je vous passe les détails ... 
Ce matin je suis en meilleure forme. Je récupère mon vélo et je pars vers Saint-Jean-du-Gard à 7h10 pétantes. Aujourd'hui encore j'ai environ 55km à faire avec quelques passages assez coquets. Je suis dans les Cévennes. 


En quittant Florac. Là-haut c'est le Causse Méjean.







Le début est assez facile. Je vais suivre le cours de la Mimente pendant de longs  kilomètres. D'abord sur un chemin forestier qui va monter et descendre, me faire franchir de nombreux petits ruisseaux qui descendent des hauteurs. J'arrive à Saint-Julien-d'Arpaon, et là le chemin va emprunter une ancienne voie de chemin de fer désaffectée transformée en voie verte. Ce sera à partir de maintenant un long faux-plat montant. C'est très roulant. Je traverserai même trois petits tunnels. 
















Après presque 17km j'arrive à l'ancienne gare de Cassagnas (693m). Désormais je vais grimper pendant 8km environ jusqu'au Col de la Pierre Plantée (1013). Le chemin est bien large, c'est une piste forestière. Par moment son revêtement est fait de dalles de schistes dont les bords sont taillés en caniveaux. C'est l'ancienne Voie Royale de Barre-des-Cévennes à Saint-Germain-de-Calberte. Il y a bien quelques passages bien pentus où il faut pousser, et parfois je dois franchir de belles marches qui m'obligent aussi à descendre du vélo.











Vues sur les Cévennes.







La Voie Royale.


Col de la Pierre Plantée. 



La bascule vers Saint-Germain-de-Calberte va se faire via un sentier technique à souhait. J'actionne le levier de la tige de selle. Je me positionne bien arrière et je me lance dans la pente. C'est top. 









J'arrive rapidement à Saint-Germain où je vais manger dans un parc. Je n'y reste pas longtemps, il y a toujours un peu de vent et j'ai un peu froid. De plus je ne suis toujours pas trop en forme. J'ai hâte d'arriver. Mais en roulant j'ai réfléchi à la sixième étape. J'ai finalement bien récupéré, malgré tout, cette nuit et je vais finalement la faire. Ma décision est prise. 
Je repars vers Saint-Etienne-Vallée-Française. Ça descend toujours avec une alternance de pistes et de chemins techniques. Je roule toujours aussi bien, mais je sais que vais rencontrer un gros morceau juste après avec une dernière montée pas piquée des hannetons !
En effet après avoir franchi le pont sur le Gardon de Sainte-Croix (240m) j'emprunte un sentier juste inroulable. Je vais pousser pendant deux kilomètres dans le schiste sous toutes ses formes, dalles ou grosses pierres instables. Là c'est le pompon ! Je n'en peux plus de pousser ... J'atteins enfin une piste forestière où je peux pédaler (450m). Elle va me mener jusqu'au Col de Saint-Pierre (596m) qui marque la limite entre la Lozère et le Gard. Je quitte le fameux Gévaudan, où je n'aurai pas croisé La Bête pour les Cévennes Gardoises. 












Col de Saint-Pierre.


Je traverse la départementale et je m'engage sur un single hyper technique. Ça commence fort avec deux grosses marches où je dois porter le bike. En fait le sentier dans sa première moitié ne sera presque pas praticable. Fortes dénivéllations, grosses marches, énormes racines en dévers ... en fait il y a là tout ce qui me déplaît. Pas grave, je prends sur moi. Il ne me reste que quelques kilomètres jusqu'à ma destination finale du jour. Puis soudain dans la seconde partie le single redevient roulant, toujours aussi technique mais roulant. Je peux m'amuser enfin. Le vélo est dans son élément dans ces sentiers tourmentés. Finalement mon nouveau Camber est encore plus à l'aise dans le technique que l'ancien. 






Tout à coup je débouche sur une départementale qui suit les rives du Gardon de Saint-Jean. Je vais l'emprunter quelques dizaines de mètres, puis le GR va la quitter pour aller sur les bords de la rivière jusqu'à Sain-Jean-du-Gard. Franchement les rives du Gardon ne seront pas la partie du Stevenson que je retiendrai en priorité, c'est franchement pas terrible. 

Le Gardon de Saint-Jean-du-Gard.




Le pont des Maquisards.

J'arrive enfin à Saint-Jean où il y a une concentration de motos. Je me sens agresser par tout ce bruit de pétarades, pendant 5 jours j'étais dans la nature et les bruits les plus fort que j'ai entendu ce sont les chants des oiseaux !
Je trouve rapidement mon gîte, le Gîte du Stevenson. 
A peine 15mn après mon arrivée je reçois un coup de fil du transporteur qui doit me ramener le lendemain d'Alès au Puy en Velay. Il ne pourra pas me récupérer à Alès à cause de la Féria, il me demande donc, si je le peux, de rester à Saint-Jean-du-Gard où il me récupérera. Je n'ai pas trop le choix. Donc ma dernière étape entre Saint-Jean et Alès est définitivement annulée. Et finalement ce n'est pas plus mal, car j'aurai été bien incapable de la faire. En effet j'ai été malade toute la nuit, toujours les effets de mon insolation. Et au petit matin je n'avais plus de forces. J'irai tout de même faire un petit tour de vélo dans la ville en mode récup, qui me confirmera qu'il était temps que j'arrête.

Monument devant l'Office de Tourisme de Saint-Jean-du-Gard.



Voilà s'en est fini de mon itinérance sur le Chemin de Stevenson. Ce furent cinq jours intenses que ce soit du point de vue VTT, des rencontres faites sur le GR, du défi sportif et humain. Je ne suis pas prêt d'oublier ce Chemin. Il traverse des régions splendides, diverses où la nature est reine et omniprésente. 


Saint-Jean-du-Gard fut la dernière étape de Robert-Louis Stevenson, où il arriva le 04 octobre 1878 après un voyage de 12 jours. Il devait aller jusqu'à Alès avec son ânesse Modestine mais faute de temps, il la revendit à Saint-Jean-du-Gard et se rendit à Alès en diligence. Mon gîte, justement, se trouvait dans la même rue où Stevenson se sépara de Modestine.





La vidéo et le bilan seront en ligne très prochainement.




Les chiffres de l'étape:
55,4km
1196m de D+ 
1695m de D-
Altitude mini : 185m
Altitude max : 1021m
5h45 de vélo (9h08 avec les pauses)
9,6 km/h de moyenne (6,1avec les pauses)
57,2 km/h max



Les chiffres du samedi 07 mai 2016:
6,83km
89m de D+ 
95m de D-
Altitude mini : 185m
Altitude max : 252m
0h33 de vélo (0h42 avec les pauses)
12,3 km/h de moyenne (9,8 avec les pauses)
47,8 km/h max
Revenir en haut Aller en bas
le dino
VIP
avatar

Nombre de messages : 9154
Age : 40
Localisation : fin fond du 69
Humeur : j'ai faim

MessageSujet: Re: [CR] Chemin de Stevenson (GR70), du 2 au 6 mai 2016.   Ven 13 Mai 2016 - 15:27

Putain mais c'est la lose t'as même pas fini ! Heureusement qu'on l'a pas fait ensemble je t'aurai jeté des cailloux ! C'est quoi ce bazar t'emmènes ta maison sur ton dos ou quoi ? Et même pas un bon sauciflard histoire de te faire un ptit déj' bien sympa au lieu de bouffer tes croûtons ?
PS : tu l'as serré la vieille ?
Revenir en haut Aller en bas
markitos
Día de la Hispanidad
avatar

Nombre de messages : 3917
Age : 45
Localisation : Yerres / Thomery
Humeur : Vive le Piment d'Espelette !!!

MessageSujet: Re: [CR] Chemin de Stevenson (GR70), du 2 au 6 mai 2016.   Ven 13 Mai 2016 - 17:06

Le sauciflard je l'ai terminé au troisième jour ...

et à la vieille je lui ai refilé tu numéro de tel, elle avait l'air super emballé de se faire démonter par le Dinopower  Laughing

Sinon j'avoue que j'avais au moins 1,5kg de trop sur le dos. J'ai pris de conneries que je n'aurai pas dû emmener. Mais même sans ça je n'avais pas la Dino-puissance en moi et j'ai réellement souffert par moments  Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
le dino
VIP
avatar

Nombre de messages : 9154
Age : 40
Localisation : fin fond du 69
Humeur : j'ai faim

MessageSujet: Re: [CR] Chemin de Stevenson (GR70), du 2 au 6 mai 2016.   Ven 13 Mai 2016 - 20:31

La prochaine fois j'amène le bâton et tu feras Modestine Twisted Evil 

Je t'avais bien dit de laisser ton super plug anal à la maison lol!
Revenir en haut Aller en bas
markitos
Día de la Hispanidad
avatar

Nombre de messages : 3917
Age : 45
Localisation : Yerres / Thomery
Humeur : Vive le Piment d'Espelette !!!

MessageSujet: Re: [CR] Chemin de Stevenson (GR70), du 2 au 6 mai 2016.   Ven 13 Mai 2016 - 20:44

En fait sur les deux dernières étapes j'avais choppé une énorme chiasse... du coup dans la montée du Signal du Bougès j'ai laissé deux belles offrandes   lol!
Revenir en haut Aller en bas
Tribal
potence
avatar

Nombre de messages : 6224
Age : 54
Localisation : Rio de Janero
Humeur : mezzo, mezzo ..

MessageSujet: Re: [CR] Chemin de Stevenson (GR70), du 2 au 6 mai 2016.   Sam 14 Mai 2016 - 16:58

Photos sur balance !!!!!!!! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
markitos
Día de la Hispanidad
avatar

Nombre de messages : 3917
Age : 45
Localisation : Yerres / Thomery
Humeur : Vive le Piment d'Espelette !!!

MessageSujet: Re: [CR] Chemin de Stevenson (GR70), du 2 au 6 mai 2016.   Sam 14 Mai 2016 - 17:19

Au fait pour bien prouver que j'ai la poisse, pendant 5 jours je n'ai pas réussi à m'en mettre une seule, rien, nada ! ET dès le lendemain de mon retour chez moi, je me suis une bonne grosse entorse à la cheville droite  boulet
Revenir en haut Aller en bas
nicolas3334
Roues
avatar

Nombre de messages : 1612
Age : 35
Localisation : le chaudron, allez les verts!
Humeur : je vous aime les amis!

MessageSujet: Re: [CR] Chemin de Stevenson (GR70), du 2 au 6 mai 2016.   Mar 17 Mai 2016 - 12:35

Top ce voyage!

Je me suis régalé a lire ce beau CR. Ca faisait longtemps qu'on avait eu un truc du genre sur le fofo!
Félicitation. super

Par contre le Dino, lui, aurait développer un peu plus cet extrait: " je dis au revoir... aux randonneuses avec qui j'ai partagé le gîte" Laughing
Revenir en haut Aller en bas
le dino
VIP
avatar

Nombre de messages : 9154
Age : 40
Localisation : fin fond du 69
Humeur : j'ai faim

MessageSujet: Re: [CR] Chemin de Stevenson (GR70), du 2 au 6 mai 2016.   Mar 17 Mai 2016 - 14:46

De quoi tu causes nicolo ? J'ai même pas fait de CR pour mon Regordane 2 !
Revenir en haut Aller en bas
Junior
potence
avatar

Nombre de messages : 16460
Localisation : Au pied du Glandasse

MessageSujet: Re: [CR] Chemin de Stevenson (GR70), du 2 au 6 mai 2016.   Mar 17 Mai 2016 - 19:26

Joli CR en effet !

_________________
"Ici souffle le vent de la liberté."
Revenir en haut Aller en bas
nicolas3334
Roues
avatar

Nombre de messages : 1612
Age : 35
Localisation : le chaudron, allez les verts!
Humeur : je vous aime les amis!

MessageSujet: Re: [CR] Chemin de Stevenson (GR70), du 2 au 6 mai 2016.   Jeu 19 Mai 2016 - 10:20

le dino a écrit:
J'ai même pas fait de CR pour mon Regordane 2 !

Tu devrais pas t'en vanter Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
markitos
Día de la Hispanidad
avatar

Nombre de messages : 3917
Age : 45
Localisation : Yerres / Thomery
Humeur : Vive le Piment d'Espelette !!!

MessageSujet: Re: [CR] Chemin de Stevenson (GR70), du 2 au 6 mai 2016.   Jeu 19 Mai 2016 - 16:03

nicolas3334 a écrit:
Top ce voyage!

Je me suis régalé a lire ce beau CR. Ca faisait longtemps qu'on avait eu un truc du genre sur le fofo!
Félicitation. super

Par contre le Dino, lui, aurait développer un peu plus cet extrait: " je dis au revoir... aux randonneuses avec qui j'ai partagé le gîte" Laughing
Merci pour les compliments, ça me touche  Wink

Et encore je n'ai pas précisé que le premier soir je me suis retrouvé dans un dortoir avec 5 cougars en mal d'aventure  Laughing  Un groupe avait squatté les deux autres dortoirs et il ne restait que cette place ... 
Junior a écrit:
Joli CR en effet !
Merci Seb  Wink
nicolas3334 a écrit:
le dino a écrit:
J'ai même pas fait de CR pour mon Regordane 2 !

Tu devrais pas t'en vanter Twisted Evil
C'est vrai ça. Je ne voulais pas trop le brusquer mais maintenant que tu en causes : Dino, il est où ton CR BORDEL ???!!!
Revenir en haut Aller en bas
markitos
Día de la Hispanidad
avatar

Nombre de messages : 3917
Age : 45
Localisation : Yerres / Thomery
Humeur : Vive le Piment d'Espelette !!!

MessageSujet: Re: [CR] Chemin de Stevenson (GR70), du 2 au 6 mai 2016.   Jeu 19 Mai 2016 - 16:04

Chemin de Stevenson (GR70), du Puy-en-Velay à Saint-Jean-du-Gard, du 2 au 6 mai 2016. Le Bilan.


Voilà le Stevenson est derrière moi maintenant. Ce furent 5 jours intenses du point de vue sportif et humain. A la base je devais rallier Alès lors d'une sixième étape mais malheureusement ce ne fut pas possible. Tant pis. Malgré cela je pense que j'ai pleinement rempli mon objectif. 




Humainement j'ai fait de belles rencontres que ce soit dans les gîtes ou sur le Chemin. J'étais pour les autres randonneurs comme un OVNI sur le parcours. "Il est possible de faire le Stevenson en VTT ?" est la question qui revenait le plus souvent. Et oui il est possible de le faire. Même si ça ne passe pas partout avec le bike, on peut suivre le GR "sans tricher", c'est à dire sans prendre de raccourcis, de voies plus faciles ... Et je l'ai fait "sans tricher", de bout en bout !

Je ne regrette pas d'avoir choisi le Stevenson pour mon itinérance. Je savais que j'allais souffrir par moments mais la beauté du parcours en fait oublier sa difficulté. La diversité de paysages traversés est tout simplement magnifique. Que ce soit le Velay et ses plateaux et  monts volcaniques, le Gévaudan et la Margeride avec les landes de genêts ou de callune, les blocs de granit en équilibre, le Mont Lozère, le Vivarais et enfin les Cévennes et ses belles forêts et montagnes... Le Stevenson fait la part belle à la nature. On n'est pas déçu. Et si en plus le temps est de la partie ce n'en est que mieux.


Cela faisait plusieurs mois que je préparais mon voyage. De multiples recherches sur internet pour trouver les traces GPS, la lecture de nombreux blog et autres compte-rendus m'ont permis de me faire une bonne idée de ce que j'allais trouver au détour du chemin. De plus j'avais bien étudié le TopoGuides de la FFRP (ref.700, Le Chemin de Stevenson), ainsi que la plaquette de l'Association Sur le Chemin de Robert Louis Stevenson. Grâce à tout cela j'ai pu faire un découpage des étapes assez cohérent. Bon il a fallu aussi trouver les gîtes, et pour une deux étapes ce ne fut pas simple. Pourtant je m'y suis pris plusieurs mois à l'avance, dès janvier. Et malgré cela, certains affichaient déjà complet.

En ce qui concerne le paquetage, je dirai que j'ai encore fait quelques erreurs dans sa confection. J'aurai du prendre quelques vêtements en moins, ainsi que certains accessoires dont je ne me suis pas servi. Le sac devait peser entre 8 et 9kg (eau comprise). J'avais sur le vélo une sacoche de guidon Vaude mais elle a rapidement montrer des signes de faiblesse et il a fallu que je la rafistole avec des colliers Rilsan. Certaines vis de fixation se sont desserrées avec les vibration dues aux descentes. J'en ai perdu 2 sur 4 ... en fait c'est plus une sacoche de route que de VTT. Cependant sa contenance était tout à fait adapté à cette itinérance. Par contre je sentais bien son poids dans les poussage et les portages. C'est un point qu'il va falloir améliorer. Il faut alléger au maximum le vélo à l'instar du sac à dos. Le poids est vraiment l'ennemi à combattre lors de la préparation et sur ce point je me suis planté !

Que dire du vélo ? Et bien ce fut une très agréable surprise. Je n'avais effectué qu'une sortie avec ce nouveau cadre et je n'avais pas pu me rendre compte de son potentiel. En effet un mois avant mon départ j'ai décelé une fissure sur mon Camber 2013 et il a été changé en garantie très rapidement par Specialized. D'ailleurs je tiens à remercier ici Specialized France et surtout le magasin Culture Vélo de Corbeil qui ont tout mis en oeuvre pour que je puisse partir le 2 mai faire mon trip.
Ce vélo, avec son angle de direction plus ouvert que l'ancien, ainsi que ses bases plus courtes, passe très bien dans le pentu technique. Bien mieux que l'ancien. Je me suis régalé. 
Je n'ai eu qu'un petit problème avec le dérailleur avant, je ne passais plus sur le grand plateau, mais depuis c'est arrangé. Cela ne m'a pas gêné, je roulais essentiellement sur le petit.

En ce qui concerne l'organisation, j'ai pas mal assuré. J'avais choisi des gîtes idéalement situés. Tous étaient sur le chemin, pas besoin de faire des kilomètres supplémentaires pour y accéder. Il n'y a que sur un gîte que je me suis planté, mais je ne pouvais pas le savoir. Si je devais lui mettre une note entre 0 et 10, il obtiendrais un 2 ! Pour tous les autres je n'ai rien à en redire, tout était nickel.
Sinon j'ai vraiment beaucoup apprécié la prestation de La Malle Postale. C'est le transporteur qui m'a remonté avec mon vélo de Saint Jean du Gard au Puy en Velay. Certes cela a un coût mais ça m'a enlevé une sacré épine du pied. Il était très difficile de remonter en transports en commun, et en vélo n'en parlons même pas.

Je ne sais pas si je referai une telle itinérance l'an prochain. Je pense que mon corps m'a fait comprendre durant ces 5 jours qu'il souffre de plus en plus. Ce sera sûrement un petit trip de 3, voire 4 jours maximum, avec des étapes plus courtes et moins engagées. Et certainement aussi sur un parcours en étoile, avec un seul point de départ commun tous les jours, pour ne pas avoir autant de poids sur le dos. Je vais étudier ça, mais j'ai encore le temps d'y songer. D'ailleurs pour la petite histoire, une fois remonter chez moi j'ai réussi à me faire une grosse entorse à la cheville droite dès le lendemain, alors que pendant 5 jours je ne suis pas tombé une seule fois ...

Voilà ce que je pouvais dire sur le Chemin de Stevenson et de ce que j'y ai vécu. Je vous recommande vivement de le faire, partiellement ou en totalité, en vélo ou à pied. Il en vaut vraiment la peine !

Merci à Robert-Louis Stevenson d'avoir fait ce parcours et surtout d'en avoir écrit le récit. Car sans cela personne ne saurait qu'en 1878 un petit écossais asthmatique, accompagné d'une ânesse qu'il rebaptisa Modestine, fit le chemin entre le Puy-en-Velay et Saint-Jean-du-Gard à cause d'une peine de coeur ....



 


Les chiffres de mon Chemin de Stevenson:
267,15km
6652m de D+ 
7753m de D-
Altitude mini : 541m
Altitude max : 1699m
6h42 de vélo (11h avec les pauses)
8,3 km/h de moyenne (5 avec les pauses)
58 km/h max
Revenir en haut Aller en bas
le dino
VIP
avatar

Nombre de messages : 9154
Age : 40
Localisation : fin fond du 69
Humeur : j'ai faim

MessageSujet: Re: [CR] Chemin de Stevenson (GR70), du 2 au 6 mai 2016.   Ven 20 Mai 2016 - 16:36

Moi je vois surtout que tu t'es fait dinogangbanger Twisted Evil
Revenir au point de départ en train ? No problem for the dinogod  Cool 
Arriver à St Jean du Gard en 3 jours ? No problem for the dinogod  Cool
Passer le Mont Lozère sous la neige ? No problem for the dinogod  Cool
Etre autonome en sauciflard et pas bouffer les sandwichs moisis du gîte ? No problem for the dinogod  Cool
Revenir en haut Aller en bas
markitos
Día de la Hispanidad
avatar

Nombre de messages : 3917
Age : 45
Localisation : Yerres / Thomery
Humeur : Vive le Piment d'Espelette !!!

MessageSujet: Re: [CR] Chemin de Stevenson (GR70), du 2 au 6 mai 2016.   Ven 20 Mai 2016 - 16:42

le dino a écrit:
Moi je vois surtout que tu t'es fait dinogangbanger Twisted Evil
Revenir au point de départ en train ? No problem for the dinogod  Cool 

Sauf que les jours que j'avais choisi, il n'y avait pas de TER qui revenaient au point de départ  PQR

Arriver à St Jean du Gard en 3 jours ? No problem for the dinogod  Cool
Passer le Mont Lozère sous la neige ? No problem for the dinogod  Cool

Mais je n'ai pas l'ultrapuissance du Dinogod  Embarassed

Etre autonome en sauciflard et pas bouffer les sandwichs moisis du gîte ? No problem for the dinogod  Cool

Ma route ne passait pas par les Salaisons du Velay ... et le régime sauciflard pendant 5 jours je ne peux pas  silent
Revenir en haut Aller en bas
wwwfabien
Numero atomique "22"
avatar

Nombre de messages : 7666
Localisation : Orsay

MessageSujet: Re: [CR] Chemin de Stevenson (GR70), du 2 au 6 mai 2016.   Ven 3 Juin 2016 - 7:31

cheers super
Revenir en haut Aller en bas
http://www.altira-cycles.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [CR] Chemin de Stevenson (GR70), du 2 au 6 mai 2016.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[CR] Chemin de Stevenson (GR70), du 2 au 6 mai 2016.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [CR] Chemin de Stevenson (GR70), du 2 au 6 mai 2016.
» Le nouveau voyage de l'hypergod, le chemin de Stevenson [avril 2013]
» le chemin de stevenson
» Chemin de St Jacques de Compostelle en trottinette 1ère partie
» Tué par un cable tendu en travers du chemin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum hell-bike VTT :: Evenements - Sorties - Entrainements :: Comptes Rendu et Photos-
Sauter vers: